18 000
clients satisfaits
Remise 0%

Votre panier est vide...

Ajoutez-y un produit.

Si vous ne savez pas quoi faire, veuillez nous contacter.

Page d'accueil FAQ Blog Contact Statut de la commande
Page d'accueil Blog La cheffe de mes rêves

La cheffe de mes rêves

19.01.2023

La cheffe de mes rêves

« Eh bien, ça devrait être fini pour aujourd’hui. »

J’avais envoyé le rapport, fermé mon ordinateur portable et me dirigeai vers la salle de bains. La pomme de douche siffla et les premières gouttes éclaboussèrent le sol. Je me déshabillai et rentrai sous la douche. Sous les gouttes d’eau chaude jaillissantes, la tension du travail qui venait de s’achever commença lentement à se dissiper.

J’avais besoin de me détendre. La pression de ces derniers jours était insupportable, tellement de travail que j’avais dû le ramener à la maison. Et en plus elle.
 
Deux mois de picotements à l’arrière du cou à chaque fois que Joana entrait dans une pièce. De longues jambes minces sur de fins talons aiguilles, des fesses arrondies se profilant sous une jupe serrée, des pointes de mamelon qu’un soutien-gorge parfaitement ajusté ne pouvait pas cacher, des lèvres sensuellement tracées et des cheveux hautement peignés révélant une longue nuque.

Une combinaison rendant fou. Et le pire était que cette combinaison était mon patron. Nom d’un chien.
 
Dès que je pensais à elle, je commençais infailliblement à durcir. Aujourd’hui ça m’était arrivé deux fois au bureau, j’avais carrément peur de me lever de ma table pour qu’elle ne remarque pas quelque chose. Elle me regardait bizarrement... différemment que les autres fois. Et c’était comme si elle se promenait autour de mon bureau plus souvent qu’elle ne le devait.

Les courbes de ses hanches qui se balançaient étaient comme un aimant. Cela faisait plusieurs jours que je ne l’avais pas fait, mais aujourd’hui j’étais chaud comme un taureau.
 
J’attrapai mon gland avec trois doigts et je commençai à me masturber doucement. J’avais les yeux fermés. Dans mon esprit, je la voyais, comment la douche trempait ses cheveux et son chemisier. Comme je la pressais contre le mur de la douche, l’embrassais en remontant sa jupe. Comme je lui retirais sa culotte, soulevais une de ses jambes et me serrais entre ses cuisses. Comme je la baisais...
 
Mon aine tremblait tellement à cette pensée que je pris mon sexe dans ma main et le serrai fermement.  Mon prépuce glissait légèrement d’avant en arrière sur sa longueur. Je m’imaginais malaxer ses superbes seins bien fermes. Je passai ma main savonneuse sur mes couilles en les tirant légèrement.
 
C’était exactement ce que je voulais qu’elle me fasse. Je l’attraperais par les cheveux et la forcerais à se baisser. La voir agenouillée ici, ses lèvres s’enroulant autour de ma bite. J’étais sûr qu’elle suçait bien, ça se voyait dans ses yeux.

Je rejetais ma tête en arrière et tirai mon prépuce à fond. Je l’avais mis en face du jet d’eau de la douche, ça faisait presque mal. Est-ce qu’elle savait aussi bien me la ventouser. J’adorais quand une femme me suçait en me ventousant. Elle devait aussi savoir le faire. J’étais sûr qu’elle le savait. Cette pensée rendit mon gland rouge foncé.
 
Je l’avais à nouveau bien repris en main. Deux. Trois. Quatre. Je commençai à accélérer. Devant mes yeux je voyais sa bouche pleine avec mon bâton, agenouillée, impuissante, avec ma main sur sa nuque pendant que je lui imprimais un rythme.  J’écartai mes jambes, appuyai ma main contre le mur et commençai à éjaculer.

Chaque dose s’écoulait le long des carreaux et ma tête tournait. J’arrêtai la douche, attrapai rapidement une serviette en l’enroulant autour de moi et rentrai dans ma chambre. Je tombai sur mon lit en respirant profondément. 
 
Au lieu de la paix désirée, des images tourbillonnaient dans ma tête. Une mer d’imagination. L’avoir sous moi. Tout de suite et ici. Dans un lit moelleux. Cette pensée me refit durcir. Je pris un flacon de gel et un fleshlight sur ma table de chevet. Je mis une bonne portion de gel sur mon gland et le serrai dans la paume de ma main. Comme elle devait être mouillée quand elle était excitée.
 
J’enfonçai deux doigts mouillés dans le fleshlight. Je te préparerais bien. Tu gémirais de plaisir et tu serais trempée. Je passai complaisamment mon pouce sur le clitoris rose. Tu n’as aucune idée de ce que je te ferais si je t’avais ici maintenant. Je ressortis mes doigts, plaçai ce vagin artificiel sur mon gland et je le pénétrai. Je poussai un sifflement en ressortant.

Il était réglé sur le vide parfait. Je tournai la roulette. Non, chéri. La pipe c’est fini. Maintenant je vais te baiser. Je me levai, posai deux grands oreillers plus durs l’un sur l’autre et plaçai fermement le fleshlight entre eux. Je m’agenouillai, en le tenant j’enfonçai mon gland plusieurs fois entre ses lèvres roses douces et soyeuses et je m’enfonçai, ça clapotait. Magnifiquement glissant, agréablement serré.
 
Je me l’imaginai allongée sur le ventre devant moi, le cul bombé. Je la baiserais bien fort, jusqu’à ce qu’elle me supplie d’arrêter. Je me l’imaginai avec ses seins se balançant. Balançant sa queue de cheval d’un côté à l’autre, criant et gémissant.
La cheffe de mes rêves
Je me surpris à gémir moi-même Cela arriva plus vite que ce à quoi je m’étais attendu la deuxième fois. Ma bite tressauta quand je commençai à le remplir avec une autre belle dose. Je me rejetai à côté des oreillers en haletant fortement. C’est alors que mon téléphone portable se mit soudain à biper. Joana.
 
On pouvait lire : « Bonsoir, Max, je lis votre rapport et j’ai quelques questions à son sujet. S’il n’est pas trop tard rappelez-moi s’il vous plaît. Si vous ne pouvez pas me rappeler maintenant, rendez-vous demain à 9h00 dans mon bureau, merci. »

Madame supplie donc. Je souris et composai son numéro.

« Bonsoir, Joana, je vous écoute. »

« Bonsoir » répondit-elle, « êtes-vous sûr que je ne vous dérange pas ? Vous me semblez... essoufflé. »

« Cela m’arrive parfois. Surtout le soir » dis-je, essayant de faire une blague.

Elle avala de manière audible : « J’espère que je ne vous ai pas interrompu dans vos activités, je m’en voudrais. »

« Pas du tout. Vous avez parfaitement choisi votre moment. Ça n’aurait pas pu être mieux. »
 
J’étais bien confortablement dans mon lit. J’écoutai ses commentaires sur mon travail en essayant de me concentrer autant que possible. Le sang revenait lentement dans ma tête, j’étais donc prêt à répondre à toutes les questions qu’elle me posait.

Et elle était probablement contente de mes réponses, parce que même à travers le téléphone on pouvait voir qu’elle souriait. Son sourire m’avait toujours rendu fou. Je redirigeai ma main vers mon entrejambe et commençai à me masturber lentement une troisième fois. À quoi ressemblerais-tu si tu me voyais maintenant ?
 
« Allô ? Max, vous m’entendez ? Je ne vous entends plus. »

« Je vous entends. J’étais juste en train de réfléchir. »

« Vous pensiez à quelque chose d’intéressant ? » dit-elle en riant.

« Je pense à beaucoup de choses intéressantes. Mais je ne sais pas si ces idées seront accueillies avec compréhension de votre part. »
 
Un moment de silence.

« Et vous voulez me présenter vos idées par téléphone, ou bien ... », dit-elle en baissant un peu le ton de la sa voix, «  ou on laisse ça pour demain dans mon bureau ? »

La surprise me fit relâcher mon sexe. Etait-ce un rêve ? Peut-être risquais-je une belle réprimande, mais je serais un vrai idiot si je n’essayais pas.

« C’est une idée d’une demi-heure. Un peu, disons, inhabituelle. Peut-être que nous transpirerons un peu si nous la réalisons. »

« Voilà un beau défi. »

« Oui, ça l’est. »

« À 8 h 15 dans mon bureau », dit-elle, « et Max ? » On peut laisser les ordis et les portables éteints cette fois, qu’en pensez-vous ? »

« J’en pense que nos idées ont le potentiel pour trouver un point de contact. Bonne nuit, Joana. »
 
Auteur: Marianne Giardon​

Blog

Traitement d’une gueule de bois morale

09.11.2021

« Une gueule de bois morale ? Je connais un très bon remède pour elle. Qu'est-ce que tu fais vers sept heures aujourd'hui, tu ne veux pas venir me voir ? » « Heu… »

Tout l’article

Oui, Maîtresse

31.01.2022

Faire extérieurement le dur, c’est sacrément dur. Surtout quand, intérieurement, vous êtes sensibles comme le nerf d’une dent à vif. Personne, absolument aucune des centaines de personnes que je dirige, ne peut même pas s’en douter. 

Tout l’article

Besoin d'aide ?

Revenez nous voir. Nous sommes prêts à répondre à toutes les questions que vous pourriez avoir sur nos produits.

Envoyer une question

Nous et nos partenaires avons besoin de votre consentement pour utiliser des cookies afin de nous permettre d'analyser le trafic, d'évaluer et de personnaliser les annonces. Pour donner votre consentement, cliquez sur la touche « OK ».

Rejeter les facultatifs Configuration OK