Attention : Veuillez noter que la livraison peut prendre plus de temps que d'habitude. Merci de votre patience et de votre compréhension.

18 000
clients satisfaits
Remise 0%

Votre panier est vide...

Ajoutez-y un produit.

Si vous ne savez pas quoi faire, veuillez nous contacter.

Home FAQ Blog Contact Etat de la commande
Page d'accueil Blog Celle qui comprend

Celle qui comprend

21.06.2022

Je ne réussissais rien. Rien du tout. La tension et la colère grandissaient de plus en plus en moi. Je comprenais que pour ne pas exploser et briser tout ce qui me tenait à cœur je devais faire quelque chose. 

Cela faisait deux mois que j’avais rompu avec Irène et je n’en étais toujours pas sorti. Aucune des filles avec qui j’avais couché et que j’aurais pu appeler ne m’attirait. Je veux quelqu’un de nouveau. Quelqu’un devant qui je n’aurai pas à jouer.

Et je le veux maintenant. Donc pas de longs jeux, pas de séduction, pas de persuasion. Je veux une professionnelle. J’ouvris mon ordinateur portable et commençai à chercher. Un défilé de filles botoxisées avec des seins artificiels. Rien pour moi.

J’étais déjà sur le point de le refermer avec énervement quand je remarquai une publicité qui était différente dans le coin. Au lieu de nudité, un t-shirt avec les mamelons menaçants d’un 100 naturel et l’inscription « Celle qui comprend » me regardaient. Et un numéro de téléphone. Cela m’intrigua.

Je composai le numéro. Au bout d’un moment, j’entendis une voix féminine profonde : « Vous désirez ? »
« Celle qui comprend », dis-je, « bonjour. »

Nous nous mîmes d’accord sur les conditions et deux heures plus tard je sonnai à la porte d’une maison discrète enduite de blanc avec un petit jardinet bien entretenu. Après m’être annoncé, il y eut un petit déclic et j’eus la possibilité de me glisser à la fois dans le jardinet et, quelques secondes plus tard, dans la maison elle-même.

Elle descendit les escaliers jusque dans le couloir et j’avalai ma salive à sa vue. De longs cheveux noirs encadrant l’encolure d’une robe rouge enveloppante entourée de courbes parfaites en forme de sablier. Âge environ quarante-cinq ans. Une femme mûre, magnifique.

Ça tremblait en moi. Un seul regard lui suffit pour comprendre. Elle sourit et me fit signe de la tête de la suivre à l’étage. Dans la chambre, elle désigna la porte vitrée sans un mot. Je me glissai docilement dans la salle de bains et allai me laver. Quand je revins, les fenêtres de la chambre étaient obscurcies.

Une lumière agréable et chaude émanait de sous les bords d’un lit géant dans le coin de la pièce. Je m’approchai d’elle et passai ma main dans ses cheveux. Ils étaient souples et doux.

Je passai ma main sur son cou dans son décolleté et pressai doucement son sein gauche. Il était plein, moelleux, avec une grande aréole plus claire et un mamelon comme une petite cerise. J’eus un terrible désir de l’aspirer.

Je me surpris moi-même, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Elle commença à déboutonner mon pantalon pendant que je dénouai les rubans de sa robe. Celle-ci s’ouvrit et soudain elle fut nue devant moi. De beaux seins matures encore hauts au-dessus d’un ventre plat, un pubis rasé jusqu’à une fente étroite et des cuisses pleines et fermes.

Je ne sus même pas comment je sortis de mes vêtements. Je ressentis juste à ce moment un désir terrible de jouer avec ces seins. Je l’attrapai en les saisissant, je me penchai vers elle et léchai un mamelon après l’autre, je les pris dans ma bouche et fis vibrer ses mamelons durs avec ma langue.

Elle grogna, passa ses mains à travers mon cuir chevelu et me tira vers sa poitrine où je m’enfonçai littéralement entre ses seins. Elle poussa sa main sur mon épaule et je me roulai sur le dos sur le lit, elle me chevaucha. Elle se pencha en avant et posa ses seins juste devant mon visage.

J’ouvris la bouche et la laissai diriger elle-même son sein gauche dans ma bouche. Je commençai à lécher et sucer l’un et à pétrir l’autre. J’avais les yeux fermés.

Elle me caressa les cheveux en fredonnant quelque chose. Elle se retira de moi sur le côté et, allongée au bord du lit, me laissa continuer à jouer. Elle descendit sa main sur mon ventre et commença à me masturber lentement. J’étais comme enivré.

J’alternai entre ses seins, les caressant alternativement, les malaxant et les mordant doucement. Elle commença à gémir doucement et à me branler plus vite. Plus l’emprise sur ma bite était forte, plus je suçais ses mamelons. J’avais mes couilles remplies à éclater, le gland était mouillé par des gouttes collantes de désir. Ma bite commença à me tirailler.
Celle qui comprend
Je marmonnai silencieusement et aspirai aussi fort que je le pus son sein gauche. Elle gémit comme un animal blessé et se mit à trembler. J’écarquillai les yeux et explosai immédiatement.

Il me fallut un certain temps avant que les étoiles cessent de danser devant mes yeux. Puis je pris peur et lui demandai si je ne l’avais pas blessée. Elle sourit et secoua la tête : « Non. Au contraire. »

Je la regardai incrédule pendant quelques secondes avant de comprendre. Elle avait eu un orgasme. J’avais fait jouir une professionnelle. Mais comme ça ?

« Tu sais », continua-t-elle, « jusqu’à présent, j’étais juste celle qui comprenait les autres. Et ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai aussi appris quelque chose sur moi-même. Grâce à toi. Merci. »

J’avalai ma salive. Quelque chose aussi s’était éclairé en moi. Je voulais tirer un coup, mais j’avais besoin et ai besoin d’autre chose. Et c’est seulement elle qui l’a découvert.

« Pourrai-je encore venir me confier à tes soins ? »
« Je prendrai toujours du temps pour toi. »

Auteur: Alessandro Rossi

Blog

Inadéquation anatomique

23.05.2022

Petit pénis et grand vagin ? Vagin peu profond et pénis trop gros ?

Tout l’article

Je serai ton jouet

09.05.2022

J'ai l'habitude de commander, de décider et de diriger. J'ai travaillé dur pendant des années pour en arriver là où j’en suis maintenant et je suis vraiment fier de ce que j'ai construit. 

Tout l’article

Les doigts du pianiste

29.03.2022

Il faisait chaud à étouffer cet été-là. Les trottoirs brûlants étaient vides. Ceux qui le pouvaient se cachaient de la chaleur du soleil de juin et ne sortaient que le soir. 

Tout l’article

Besoin d'aide ?

Revenez nous voir. Nous sommes prêts à répondre à toutes les questions que vous pourriez avoir sur nos produits.

Envoyer une question

Nous et nos partenaires avons besoin de votre consentement pour utiliser des cookies afin de nous permettre d'analyser le trafic, d'évaluer et de personnaliser les annonces. Pour donner votre consentement, cliquez sur la touche « OK ».

Rejeter les facultatifs Configuration OK